UN PAYS RAVISSANT

Les légendes, telle l'histoire du comte Dracula, ou bien l'histoire réelle de la Roumanie sont autant de témoignages de ce passé fascinant. De tels témoignages sont à retrouver dans les petits églises en bois au toit haut de Transylvanie.

Le trésor de la région de Bucovine: ses merveuilleuses églises et monastères.

Il faut admirer le trésor artistique des monastères de Bucovine, qui ont été construites au XVIe siècle, ou écouter, ensorcelés, la Rhapsodie Roumaine, composée par Georges Enesco, qui a trouvé son inspiration dans les merveilleux rythmes populaires.

Pourtant, c'est la civilisation romaine qui a eu l'influence la plus importante sur le développement du pays.

Six cent mille ans d'histoire

Les premiers signes de vie humaine sur le territoire roumain d'aujourd'hui ont été découvertes dans les Carpathes et ils datent depuis 600 000 av. JC.

Bien qu'il y ait eu des colonies grècques au bord de la Mer Noire depuis le VIe siècle av. JC. déjà, la première structure d'État centralisé a été créée par les Daces, un peuple qui faisait partie du grand groupe des Thraces.

 

 

La civilisation dace a atteint l'apogée sous le règne de Decebal, pendant le Ier siècle ap. J.C., mais il a été vaincu par les légions de l'empereur romain Traian en 106. Les conséquences de la conquête romaine ont été la colonisation et les mariages mixtes, ce qui a mené à la formation d'un nouveau peuple qui est devenu chrétien.

En 271, les légions romaines ont quitté le territoire et, par la suite, pendant mille ans les Roumains ont subi les invasions sporadiques des barbares, suivies par des conquêtes des Turcs et des Russes, pendant plusieurs siècles. En dépit de tout cela, la civilisation daco-romaine et l'héritage latin ont survécu.

L'apparition et le développement des principautés

Les premiers documents qui attestent l'existence du peuple roumain remontent vers l'année 1160. Peu après, la Valachie et la Moldavie sont devenues des principautés.

Plusieurs princes qui se sont succédé au règne des principautés sont parvenus à arrêter l'invasion ottomane, surtout Mircea cel Batrân (Mircea l'Ancien), Vlad Tepes (Vlad L'Empaleur) et Stefan cel Mare (Etienne le Grand). Ce dernier a fait bâtir presque cinquante monastères et c'est pendant son règne qu'on a mis les fondements de la culture moldave.

Au XVIe siècle, Mihai Viteazul (Michel le Brave) a réunit ces deux principautés et la Transylvanie et a chassé les Turcs du pays. Le XVe et le XVIe siècles ont représenté un âge glorieux pour le développement des art et de l'architecture.

 

 

La formation de la nation

Après la mort de Michel le Brave en 1601, deux siècles et demi de conflits ont suivi. Dans cette période la conscience nationale des Roumains a commencé à devenir de plus en plus forte.

En 1859, les deux principautés, la Valachie et la Moldavie, ont été réunies sous le nom de Roumanie. Le nouvel Etat est devenu une monarchie en 1881, mais ce n'est qu'en 1918 que la Transylvanie a réjoint la Roumanie, les trois principautés roumaines étant finalement réunies.

Après 1945, les Soviétiques ont obligé le roi à abdiquer et ont imposé le régime communiste. La Révolution de décembre 1989 a fait que la Roumanie retrouve sa place parmi les démocratie européennes.

Le plus évident résultat de ce changement est le fait que les Roumains font de nouveau preuve de leur hospitalité et générosité proverbiales. Nos visiteurs vont sûrement s'en appercevoir.

 

 

Une diversité culturelle pleine de créativité

Ce passé extrêmement troublé a le mérite d'avoir fait apparaître un patrimoine très riche d'accomplissements artistiques et culturels.

Des festivals locaux pleins de joie sont organisés chaque année

Dans des grandes lignes, il convient de délimiter trois régions principales à l'intérieur du pays, avec des traditions culturelles distinctes, et toute personne qui voyage en Roumanie peut admirer des splendides créations de celles ci.

Les métiers et la cuisine populaires

Dans l'ensemble des traditions roumaines, l'architecture, les métiers et la cuisine populaires représentent une culture vivante avec une valeur tout à fait unique.

La musique et les costumes traditionnels font partie de la vie quotidienne des Roumains.

Admirez la méticulosité avec laquelle on a sculpté les portes en bois en Transylvanie, les merveilleuses petites églises en bois, la variété des costumes populaires, différentes d'une région à l'autre, et la simplicité des objets d'art populaire.

 

 

Les plats spécifiques et les vins s'ajoutent aux objets de poterie, aux tapis tissus main, aux icônes et aux sculptures en bois.

L'architecture des villages roumains est ingénieuse et pleine de vie

La gastronomie est un art également et les Roumains savent comment combiner les champignons, les légumes, le porc, le poulet ou le boeuf, parfois pour préparer des plats très épicés, avec une saveur orientale.

Le patronage de l'aristocratie

En Roumanie, les familles nobles ont toujours donné leur appui à la construction des monuments et au développement des arts. Les châteaux médievaux sont assez nombreux et certains d'entre eux semblent venir du monde des contes de fées, tel le château de Bran.

D'autres ressemblent aux châteaux de France, tel le château de la famille princière Huniade, tandis que les styles rennaissant et baroque ont été adaptés à une architecture roumaine spécifique par le prince de la Valachie de la fin du XVIIe siècle, Constantin Brâncoveanu.

L'art et la musique moderne

Pendant le XIXe et le XXe siècles, l'éveil de la conscience nationale a déterminé des riches manifestations du talent artistique.

Le dramaturge Eugène Ionesco, le sculpteur Constantin Brâncusi et le compositeur Georges Enesco ne sont que trois des plus significatifs exemples dans ce sens.

Leur talent et celui de leurs successeurs est apprécié partout dans le pays, dans des salles de concerts, des opéras, des galeries et des expositions. Le patrimoine culturel de la Roumanie est authentique autant en ce qui concerne l'art soigné, que dans l'art populaire.

 

 
 

Constantin Brâncusi, un sculpteur fameux

L'oeuvre monumentale de Brâncusi (1876-1957) est célèbre et bien représentée dans les collections internationales, surtout dans le Musée d'Art Moderne de New York.

Lors de votre séjour en Roumanie, vous aurez l'occasion d'admirer ses oeuvres dans le paysage pittoresque d'un parc à Târgu Jiu, à côté de Hobita, son village natal qui se trouve dans le nord d'Oltenia.

Ici, parmi des arbres et des clairières, vous pouvez admirer les oeuvres "La Porte du Baiser", "La Colonne de l'Infini" et "La Table du Silence", dans un emplacement choisi par Brâncusi lui-même.

La région où se trouve Târgu Jiu est tout à fait spéciale. Si cette ville ne figure pas encore sur votre itinéraire de voyage, c'est le bon moment de faire ce changement!

La Table du Silence